neosletter 01 – Trois pistes de réflexion pour mettre l’Humain au centre

Dans sa neosletter (lettre d’information interne), neonomia donne la parole à un·e coopérateur·rice pour son édito et son article, une façon de mettre en valeur la collaboration si chère à neonomia. Ce numéro-ci, un grand merci à Cécile Joly qui a pris la plume!

 

En me posant la question de l’Humain dans mon travail, la charte de neonomia m’est apparue comme devant être la base de ma réflexion. En effet, huit principes y sont inscrits, à savoir: responsabilité collective et individuelle, transparence, mutualisation, participation, économie sociale et solidaire, santé globale, respect de la biosphère et, pour finir, transition intégrée et société. Le point commun entre tous ces principes est l’Humain et la prise en charge collective des difficultés personnelles. Alors, comment mettre l’Humain au cœur de mon travail, en me basant sur ces principes que j’ai approuvés en entrant dans la coopérative ? Voici trois pistes de réflexion.

Le principe même de la coopérative nous met déjà le pied à l’étrier. Une coopérative est “un groupement économique d’individus pratiquant la coopération” (Larousse, 2019). Lorsqu’un coopérateur rencontre des difficultés, il peut se tourner vers les autres membres de la coopérative, qui pourront alors lui apporter aide et soutien. Le nouveau coopérateur a désormais un parrain ou une marraine qui l’aide à intégrer le groupe et faire face aux nouveautés. En ce sens, l’individu est soutenu par la collectivité. Ayons donc à cœur de continuer à tisser des liens entre nous, coopérateurs, pour nous soutenir mutuellement et nous faire avancer tous ensemble. L’assemblée générale qui s’est déroulée en mars dernier, qui était animée et instructive, nous a montré combien il était important de discuter, de proposer et confronter nos points de vue pour construire ensemble le cadre de notre travail.

Ensuite, il est important de mettre en avant le respect de chacun, en commençant par soi-même et en faisant une nette séparation entre vie privée et vie professionnelle. Nous vivons tous mille vies dans une journée. Néanmoins (et c’est toujours plus facile à dire qu’à faire), nous devons apprendre à agender nos journées de manière à pouvoir respecter un rythme sain d’activités. La coopérative, en proposant une protection sociale juste, sécurise le travail de chaque entrepreneur et lui permet d’organiser au mieux son activité pour en vivre décemment. Il s’agit aussi de placer les relations humaines au cœur de nos vies personnelles, amicales et familiales. Cela ne pourra avoir qu’un impact positif sur notre vie professionnelle. Apprenons à lâcher prise (du travail)!

Enfin, dans notre activité professionnelle, nous devons sans cesse faire des choix. Je vous propose d’essayer de vous poser régulièrement la question: bénéfices humains ou bénéfices financiers? Nous faisons déjà cela selon nos sensibilités: utiliser le brouillon, trier nos déchets, faire le choix de travailler pour des associations ou des sociétés porteuses de sens, etc. Mais nous pouvons aller plus loin et aider nos clients à s’engager sur ce sentier: favoriser l’égalité femmes/hommes, accompagner les entreprises qui embauchent des travailleurs handicapés, promouvoir l’économie sociale et solidaire, etc.

Et vous, comment (re)mettez-vous l’Humain au cœur de votre travail?